Comment les casinos ont recours à l’IA pour nous faire jouer plus d’argent

Rendre les gens accros : c’est ce que s’efforcent de faire les experts en captlogie, une nouvelle science qui a pour objet d’étude l’influence numérique. Ce sont eux (ou à cause d’eux) que nous passons des heures accrochés à notre téléphone, devant les réseaux sociaux. Totalement accros aux notifs. Ding ! Ah justement j’ai reçu un message, ah c’est un like sur Instagram

Ces techniques sont en fait inspirés de ce qui existait déjà dans les casinos et les machines à sous : jouer sur la promesse qu’en passant du temps à tirer des leviers (réels ou virtuels), on gagnera quelque chose… Et c’est là qu’intervient l‘IA : l’Intelligence Artificielle.

L’Intelligence Artificielle pour comprendre, prédire et influencer les comportements de jeux et paris en ligne

Avec les avancées récentes en matière d’IA, les casinos, ainsi que les sites en ligne de paris ou jeux d’argent tentent d’aller plus loin désormais en cherchant à prédire le comportement de leurs clients grâce aux nouvelles technologies.

Pariant (c’est le cas de le dire) sur le fait que c’est toujours l’hoconsume qui l’emporte (dans la longue course) sur les joueurs, les casinos (réels ou en ligne) utilisent l’IA et des algorithmes d’analyse de données pour prédire les résultats de leurs clients, le comportement de leurs clients et leurs chances de gagner ou de perdre. Les données leur permettent d’optimiser la position des machines à sous, mais aussi d’améliroer les différentes incitations aux paris. Et le tout à grand renfort d’offres marketing (tickets / jetons gratuits, chambres d’hôtel…) pour retenir in fine les joueurs le plus longtemps possible.

Identifier les clients « les plus précieux et les plus rentables

Il s’agit ainsi d’identifier les plus gros joueurs, c’est à dire les clients les plus précieux et les plus rentables. Ainsi certains acteurs du secteur ont recours aux analyses de données les plus poussées grâce aux informations collectées par le biais de programmes de fidélité et d’autres moyens.

Il s’agit ensuite d’inciter les joueurs à « revenir en arrière », ou à « continuer à jouer », grâce à des campagnes marketing très personnalisées (remises sur les séjours à l’hôtel ; offres spéciales, par exemple 50 euros prévus pour le jeu gratuit…).

Fidéliser ses clients : le marketing automation

Il existe également des logiciels de « fidélisation des clients » et d' »automatisation du marketing » également basés sur l’analyse prédictive à l’aide de l’Intelligence Artificielle. Ainsi c’est ce type de solution qui est utilisée par de grands groupes de casinos américains comme MGM et Caesars,ou encore par Adda52.com, site de poker indien. Cela permet à leurs équipes de smart marketing de maximiser la valeur de chaque client.

Identifier les perdants et les gagnants

Pour identifier les joueurs susceptibles de perdre le plus, les casinos essaient également de détecter avec l’IA ceux qui sont « susceptibles de battre le casino ». En effet, même si ces derniers peuvent coûter beaucoup d’argent aux casinos, ils sont en fait de véritables publicités pour le casino car ils sont la preuve que l’on peut gagner au casino. D’où l’intérêt de les identifier et de les mettre en valeur.

Reconnaissance faciale et puces RFID

Certains casinos et sites de jeux en ligne disparaissent encore davantage pour nommer de nombreux joueurs/parieurs et les encourager à jouer de plus en plus grâce à des offres et des avantages promotionnels. À Macao, la « capitale asiatique du jeu », les casinos utilisent des caméras dotées d’une technologie de reconnaissance faciale et des jetons de poker « connectés » par des puces RFID pour observer le comportement de leurs clients et tester leur jeu

En général, plus l’appétit pour le risque est grand, plus un joueur est susceptible de perdre et plus un casino est susceptible d’inventer un profit, parfois jusqu’à 10 fois plus. 

Alors que certains casinos voient dans l’Intelligence Artificielle un moyen de faire plus d’argent, d’autres y voient en fait une solution de survie face aux restrictions réglementaires internationales de plus en plus fréquentes,